Vendredi 10 Mai 2013, 2/4/5/8 € au choix
Fais-Y Toi-Même
Trois jours d’échanges de savoirs et d’ateliers

Une trentaine d’ateliers sont proposés, avec la plupart du temps un faible niveau technique qui permet de ré-employer chez soi ce que l’on a appris. Ni profs ni élèves, ni vendeurs ni consommateurs : l’objectif du Fais-Y Toi-Même est de partager des connaissances et des pratiques pour reprendre un peu de prise sur le cours de nos existences.

Le faire soi-même ! Savoir le faire. Oser le faire. Ne pas laisser les autres le faire à notre place. Reprendre le marteau des mains du macho qui « attends, je vais le faire à ta place ». Le faire soi-même, même si c’est lourd, même si ça prend du temps. Le faire à notre manière. À notre rythme. Le faire soi-même, ou plutôt, comme on dit ici : « Y faire soi-même ». Le faire soi-même, sans passer par le commerce, pour éviter ces magasins gorgés de marchandises fabriquées aux quatre coins du globe mondialisé. Le faire soi-même pour dépenser moins d’argent, pour le plaisir d’y passer du temps, ou tout simplement parce que c’est la manière simple et logique de faire. Le faire soi-même, parce qu’on s’en sent capable, et qu’il suffit souvent pour cela de faire les bonnes rencontres et de se lancer. Le faire soi-même, ce qui veut souvent dire le faire ensemble, parce que devant le rouleau compresseur du capitalisme industriel, les individus isolés, les bulles alternatives et les archipels de babas-cools ne valent pas grand chose. Le faire soi-même, parce que c’est devenu de plus en plus compliqué, parce que l’une des victoires capitalistes aura été de nous rendre totalement dépendants (physiquement et psychiquement) de son infrastructure. Est-il satisfaisant d’avoir besoin des entreprises et des administrations à chaque instant de nos vies, pour que la lumière nucléaire s’allume ou pour que les supermarchés se remplissent ? Le faire soi-même, le faire à notre manière, alors que le mode de vie industriel est devenu le seul désirable et que l’on n’imagine plus vivre autrement que selon les « standards de confort » occidentaux et leur cortège de dégâts collatéraux. Le faire soi-même, parce que nous avons besoin d’autonomie et de subversion plus que de pouvoir d’achat et d’État-Providence. Le faire soi-même, et proclamer haut et fort qu’on l’a fait soi-même, affirmer que leurs marchandises puent la mort, la guerre, l’exploitation et les déchets nucléaires. Le faire soi-même sans se laisser récupérer, alors que depuis trente ans (trente ans, est-ce un hasard ?), le capitalisme nous enjoint continuellement de « participer » (à son spectacle politique) et d’« être autonomes » (dans le cadre de notre travail). Toyotisme, mon amour. À Ikéa aussi on le fait soi-même, pendant que les salons des loisirs créatifs et les machines à pain sont partout. Le capitalisme est prêt à nous vendre n’importe quoi, y compris notre propre force de travail gratuite. Alors, plutôt que de devenir des petits entrepreneurs de nos vies, qui « gèrent » leurs existences individuelles et « s’investissent » dans leurs passions, nous vous proposons ces trois jours d’ateliers subversifs, conviviaux, et ouverts à tous et à toutes.


LES ATELIERS DU VENDREDI :

Lessive* de 10h à 11h. Fabriquer sa propre lessive c’est simple et économique. En deux temps, trois mouvements, nous transformerons du savon de Marseille en lessive liquide. Amenez votre bidon vide pour faire le plein !

Savon* de 10h à midi. Un atelier où l’on apprend que fabriquer un savon, c’est un peu comme faire un gâteau : ça nécessite une bonne recette, quelques ingrédients et de la concentration. Pour être en capacité de fabriquer ce qu’on utilise tous les jours, sans additifs inutiles. On utilisera la méthode de saponification à froid.

Installations de cordes* de 10h à midi et de 14h à 17h (participation à toute la journée nécessaire). Apprentissage des techniques d’installation de cordes semi-statiques en toute sécurité pour travailler en hauteur (théorie et pratique).

Réchaud à alcool à brûler* de 10h à 11h. Cet atelier permettra, à partir d’une canette métallique, de fabriquer un réchaud très léger et peu volumineux fonctionnant avec de l’alcool à brûler. Une bonne alternative au camping-gaz.

Borne d’arcade à 10h. Construire une borne de jeu vidéo d’arcade avec un vieil ordinateur, un vieil écran, du bois et quelques pièces de récupe pour le panneau de commande. La machine réalisée permettra à deux joueur.euses de s’adonner à des parties gratuites et restera au 102 après le festival. Atelier de départ et explications vendredi à 10h, poursuite de l’atelier l’après-midi. Si la borne n’est pas terminée, suite informelle de l’atelier les deux jours suivants. Cet atelier peut être pris en cours de route.

Fonctionnement et pannes courantes d’un lave-linge* de 13h à 14h. Ouvrir, regarder, dissocier et démonter les différents organes d’un objet que nous utilisons tous et toutes et dont nous ignorons presque tout : l’exemple du lave-linge.

Apprendre à ouvrir un squat* de 13h à 15h. On commencera avec un peu de théorie (ramène tes questions) puis on s’essaiera à la pratique (ramène ton pied-de-biche).

Baume médicinal* de 14h à 16h. Comment confectionner soi-même un baume médicinal trois en un (cicatrisation, douleurs, brûlures) et comment produire les ingrédients de base.

Mécanique vélo de 14h à 18h. Premier jour pour débuter : la base des savoir-faires pour entretenir et réparer son vélo : crevaison, réglage des freins, direction... Bref, comprendre le fonctionnement mécanique d’un vélo. La suite le lendemain.

Internet sans se faire profiler de 16h à 18h. Chez les capitalistes, si c’est gratuit, c’est qu’on est le produit. Partageons quelques techniques pour échapper aux envies des acteurs marchands d’Internet de nous transformer en « profile marketing » qui voudra forcément consommer le produit qui lui sera spécialement préparé. N’hésitez pas à amener un ordinateur portable et une clé USB inutilisée pour pouvoir pratiquer.

Apprends à (te) couper les cheveux de 16h à 18h. Apprendre à couper les cheveux, les siens ou ceux des autres. Il faut venir au 102 rue d’Alemb’hair avec des cheveux trop longs et des idées. Alors appel à tou.te.s à faire les cobayes et à ne pas se couper les cheveux dans les temps à venir !

«Assez d’actes, des mots !» de 18h à 19h. Quelques grammes de théorie dans ce monde de pratique. Pourquoi le « Fais-Y Toi-Même » n’est pas un salon des loisirs créatifs ? Quels rapports entre « nous » et la gentrification, le développement personnel, le Do It Yourself, l’autonomie et le capitalisme ? Ou encore : quelle est la place de la sérigraphie dans la lutte des classes ? Hein ?

Horaires :
Les ateliers commencent à l’heure précise : merci de venir un peu en avance.

Repas :
Chaque soir à 19h, en clôture des ateliers, nous vous invitons à venir déguster les délices préparés par notre équipe culinaire (même si vous n’êtes pas venu.es aux ateliers).

Réservations :
Attention, pour les ateliers signalés par une *, il est indispensable de réserver en écrivant à
fytm@le102.net.